ENTRETIEN

Comment entretenir son terrarium ?

L’entretien d’un terrarium est facile, idéal pour les personnes qui n’ont pas la main verte ni beaucoup de temps pour leur entretien. Voici quelques règles simples qui vous permettront de veiller à la bonne santé de votre terrarium.

LA LUMIERE ET L’EXPOSITION :

Placez votre terrarium dans un endroit très lumineux (à proximité immédiate d’une fenêtre) pour que les plantes réalisent leur photosynthèse et produisent les éléments dont elles ont besoin pour vivre. A un mètre d’une fenêtre, la plante ne reçoit que 10% des apports nécessaires en lumière. Donc si besoin, complétez en journée l’apport lumineux par une ampoule «lumière du jour» placée à environ 5O cm de la composition.

Evitez impérativement l’exposition directe au soleil. L’effet loupe du verre ferait augmenter la température intérieure du bocal et mettrait les plantes en danger.

Votre terrarium contient des plantes qui aiment les milieux humides et chauds. Placez-le dans une pièce dont la température est comprise entre 15 et 27°C. La température idéale se situe entre 18 et 22°. A cette température, il produira peu de condensation. Plus vous le placerez près d’une source de fraîcheur (fenêtre, porte,…), plus il condensera et plus les parois seront recouvertes de gouttes d’eau. Mais un excès de condensation peut apporter des moisissures. A l’inverse, si la température dépasse les 27°, gardez le bocal ouvert et arrosez en conséquence.

Pensez à tourner votre terrarium d’un quart de tour chaque mois pour une exposition homogène à la lumière.

L’ARROSAGE :

Le principe du terrarium fermé (ou humide) permet de recréer un environnement humide, dans lequel le terreau va apporter les minéraux, la lumière va permettre la photosynthèse et les effets de transpiration et de condensation vont recréer le cycle de l’eau, ce qui en fait un écosystème miniature quasi autonome. Il ne nécessitera que peu d’arrosage, seulement 4 à 6 fois par an.

La mousse et la terre serviront d’indicateurs d’humidité. Aussi longtemps qu’elles restent humides au toucher, vous n’aurez pas à arroser votre composition. Mais si vous voyez que les mousses commencent à ternir, jaunir, c’est qu’elles ont besoin d’eau car, plus que toute autre plante, elles adorent l’humidité. N’hésitez pas à soulever délicatement l’une d’entre elles pour vous assurer aussi de l’hygrométrie de la terre. Lorsque celle-ci devient sèche au toucher, il est temps d’arroser l’ensemble. Procédez à un arrosage le plus diffus possible, (en utilisant de l’eau non calcaire : filtrée ou de pluie mais jamais d’eau distillée) à la base de l’arbre et des plantes ainsi que les parties recouvertes de graviers. Selon la taille du contenant, prévoyez entre 40 et 300 ml d’eau d’arrosage. Ces conseils d’arrosages sont basés sur des moyennes, mais les besoins en eau de votre terrarium peuvent nécessiter d’être adaptés en fonction de ses conditions d’entreposage et des conditions climatiques extérieures (fortes chaleurs, grands froids). Ne jamais arroser votre terrarium après minuit!

LA CONDENSATION :

Les végétaux respirent et transpirent : ils génèrent de l’eau sous forme de gaz. La vapeur d’eau humidifie l’atmosphère intérieure du terrarium, permettant aux végétaux de s’épanouir dans une hygrométrie appropriée. Une partie de cette vapeur se condense : elle redevient liquide au contact de la paroi de verre en formant une buée et de légères gouttelettes. Elle permet, en ruisselant le long de la paroi d’arroser la terre et les plantes. Elle se concentre sur la face la plus froide du terrarium (côté fenêtre généralement). Tournez-le fréquemment afin que cet arrosage par la buée soit homogène.

En cas d’excès de condensation sur les parois de verre (ou si de l’eau s’accumule et stagne dans le fond), n’hésitez pas à enlever le couvercle environ 24h pour laisser s’évaporer l’humidité et éviter ainsi le développement et la propagation de petites moisissures qui pourraient mettre en péril la composition.

Les bonsaïs ont tendance à développer plus de condensation que les plantes. Bien sûr, vous pouvez laisser votre terrarium ouvert plus souvent pour le côté esthétique mais dans ce cas là, l’eau s’évaporera beaucoup plus vite et votre composition s’asséchera très rapidement. N’oubliez pas alors de vérifier l’état d’humidité des mousses, de la terre et d’arroser dès que nécessaire.

LA TAILLE :

Lorsque leurs feuilles touchent les parois de verre, il est temps de tailler légèrement les végétaux de votre composition. Taillez toujours les plantes en pratiquant une coupe nette à l’intersection avec un nouveau bourgeon ou à l’intersection avec la tige principale puis laissez le couvercle du bocal ouvert pendant 24h pour une bonne cicatrisation des plantes. Désinfectez les outils avant de procéder à la taille.

LES SOINS EN CAS DE BESOIN :

          Vous constatez la formation de moisissures :

Lors des premières semaines, il est possible que vous constatiez une moisissure cotonneuse blanche ou grise sur les branches, les feuilles ou les graviers. Ce sont des champignons qui apparaissent lorsque les différents éléments vivants du terrarium ne sont pas encore acclimatés. Retirez-les au plus vite avec un chiffon ou un pinceau propre pour empêcher leur développement et attendez que l’équilibre biologique se fasse.

Si une moisissure venait à se propager sur l’ensemble ou une grande partie d’une feuille, coupez celle-ci à sa base. La lumière est un frein naturel au développement des moisissures. Il est important de respecter les recommandations d’exposition pour éviter leur apparition.

Afin d’éviter ou de limiter ces anomalies, une fois le terrarium livré à votre domicile, il est recommandé de le maintenir ouvert 48 h afin que celui ci s’acclimate à son nouvel environnement avant de le refermer.

          Des taches noires apparaissent sur les feuilles :

C’est un autre champignon. Les feuilles touchées doivent être retirées à la main pour éviter toute développement supplémentaire.

Ouvrez le terrarium pendant 48h afin de laisser le temps à la plante de cicatriser. Des taches noires peuvent aussi apparaître si vous placez votre composition au soleil direct, ce qui est totalement proscrit: effet loupe du verre qui entraîne des brûlures sur le feuillage.

          Le feuillage de l’arbre jaunit :

Cela peut être la conséquence d’une trop grande, ou à l’inverse, d’une trop faible humidité au sein de la composition. Si le substrat au pied de la plante principale est boueux ou détrempé, c’est que l’arrosage est trop fréquent.

Dans ce cas, le bocal doit être laissé ouvert le temps nécessaire (1 semaine ou plus) à l’évaporation de l’excédent d’humidité. Refermer lorsque le substrat en surface est humide et non imbibé d’eau. Si au contraire le substrat parait sec au toucher, c’est que le terrarium a été ouvert trop souvent et/ou qu’il est temps de l’arroser (en petite quantité). Le jaunissement des feuilles peut aussi être induit par un arrosage à l’eau calcaire. Il est important d’arroser avec de l’eau minérale et non de l’eau du robinet.

          Des feuilles, pourtant vertes, tombent :

Ce phénomène est naturel et occasionné par le vieillissement des feuilles ou la nécessité qu’elles soient remplacées par de jeunes pousses, comme dans la nature. Si, au cours des premières semaines, le phénomène se produit fréquemment, c’est que la ou les plantes ont besoin de temps pour se renforcer, développer leur réseau racinaire et s’habituer à leur nouvelle hygrométrie (humidité de l’air à l’intérieur du bocal).

          Il y a des insectes dans le terrarium :

Tous les insectes ne sont pas nuisibles au développement du terrarium. Si vous apercevez des lombrics dans le substrat, des mille-pattes des petits escargots, vous pouvez les laisser cohabiter avec vos plantes (sauf si ça vous dérange, auquel cas vous pouvez les retirer).

Pour les moucherons qui ne sont pas très esthétiques (mais inoffensifs) et salissent les parois du terrarium, vous pouvez utiliser un mélange de 30% de savon noir liquide dans le reste d’eau. Arrosez avec ce mélange les mousses et la terre, vaporisez les végétaux et renouvelez si besoin (sans noyer votre composition !) jusqu’à disparition des moucherons. S’ils résistent, vous pouvez aussi mettre à l’intérieur sur le bouchon, des pièges avec de la colle (à acheter en jardinerie) sur lesquels les moucherons vont venir se poser pour chercher de l’air. Il faut impérativement garder le bouchon fermé pendant ce temps pour qu’il ne rentre plus d’air dans le bocal et qu les moucherons s’asphyxient.

S’il s’agit de limaces ou de gros escargots, retirez les pour éviter qu’ils ne se nourrissent des plantes. Ils ont sans doute été intégrés à la composition lors de sa création, à l’état de larve ou d’œufs nichés dans la mousse.

Vous pourrez aussi voir apparaître des petites taches blanches cotonneuses sur ou sous les feuilles ou les branches : ce sont des cochenilles farineuses. Vous pouvez traiter la composition en vaporisant les plantes avec le même mélange de savon noir/eau (voir plus haut). Si elles résistaient à ce soin, utilisez alors un insecticide biologique adapté. Les autres parasites potentiels peuvent être des araignées rouges ou des pucerons. Il faudra les traiter comme les cochenilles. 

Téléchargez le PDF d’Entretien